L'accompagnant

____________________


Régis Lesage

Régis Lesage

né en 1951, deux enfants, et trois petits enfants.

       En questionnement sur le sens de ma propre vie, je découvre en 1984 qu'il existe une vie intérieure.

    Je tente de lui donner une forme. Après un bref passage par le bouddhisme, je suis accompagné dans le christianisme par un frère et une soeur Dominicains pendant 5 années.

     Parallèlement, je m'engage dans une pratique de la non-violence avec l'Arche de Lanza-Del-Vasto. Je participe au M.A.N. (Mouvement pour une Alternative Non-violente).

    Puis je me passionne pour la psychologie jungienne, le symbolisme, l'aventure intérieure avec les "Dialogues avec l'Ange".

      En 1987, je fonde et anime un groupe de recherche sur la non-violence, puis en 1991 je fais l'expérience de la vie communautaire dans l'Arche.

     En 1993, je participe pendant 2 ans à l'association Art'As fondée par Bernard Montaud (César l'enchanteur). C'est là que je découvre le chemin par les actes.

    En 1995, je découvre le rêve éveillé libre. J'entreprends une cure et me forme à la technique avec Georges Romey (Dictionnaire de la symbolique).

    Actuellement à la retraite, je vis sur mon bateau dans le port de Carentan (Manche) et je transmets mon savoir sur l'interprétation des rêves et la pratique de l'aventure intérieure.


Ma conviction et ma tâche

   C'est devant l'échec de la violence à résoudre les conflits dans le monde et par la découverte de la non-violence que je suis parvenu à la conviction intime que les rapports humains et sociaux ne peuvent vraiment évoluer de manière non-violente que si chacun se penche sur ce qui fait la guerre en lui et ose se confronter à ses propres démons.

   Je suis persuadé que l'avenir de l'humanité dépend de la capacité de chacun à résoudre ses conflits intérieurs pour ne pas les projeter sur autrui, individu, peuple ou nation désigné  comme "bouc émissaire".  A ce propos, la lecture de René Girard (le bouc émissaire) est l'une des plus éclairantes.

    Donc, je convie chacun à cette aventure passionnante de la découverte et de la résolution des conflits intérieurs avec l'aide des rêves, de l'imagination active et de l'attention double. 

  Je suis là pour aider chacun sur ce chemin, jusqu'à la découverte de sa propre tâche ou mission sur cette terre, c'est là le sens de ma vie, ma tâche.

    N'hésitez pas à me joindre pour une rencontre.


Le rêve et moi

     J'avais cinq où six ans quand j'ai rêvé que je marchais sur des poules. C'était un rêve émotionnellement puissant qu'on appelle communément un cauchemar (étymologiquement démon de la couche) Et ma mère en entrant dans la chambre me trouva debout sur le lit, tétanisé de peur.

     C'est le premier rêve dont je me souviens et il m'a fallut bien des années avant d'en saisir le sens. Marcher sur les poules, c'est mettre son complexe maternel en dessous de soi. C'est à dire que le rêve me suggérait de ne pas me laisser avoir par l'autorité des mères poules de mon entourage ou des institutions sociales qui sont aussi des mères possessives. Si j'avais su interpréter ce rêve à l'époque, j'aurais été bien en peine d'en faire quoi que ce soit, dépendant qu'on est des adultes à cet âge.

    Puis au lycée vers treize ou quatorze ans :  Je suis dans un autobus qui roule, la paroi arrière cède et je me retrouve le cul sur la chaussée. J'insiste pour retourner dans le bus mais, rien à faire, il se dérobe et j'en suis exclu.

    Rêve typique de manque qui se reproduira maintes fois en des formes diverses. L'autobus, comme tout les moyens de transport collectif, représente les autres, la vie collective qui va. Je voulais tant être comme les autres. Ils étaient tellement mieux que moi !  Des pensées aussi prégnantes ne font que renforcer l'impuissance dont on souffre.

    Ensuite vers trente ans :  J'entre dans une pièce vide, un tapis au sol la recouvre, un tatami comme au judo. Je sens une atmosphère de recueillement. Dans un coin, une sculpture en bronze représente une tête d'homme posée sur une sandale. Je sais que je suis devant un dieu (les statues en bronze représentent souvent des allégories, des dieux grecs, des choses en lien avec le sacré) et que je vais recevoir une initiation. La scène change: neuf personnages me tuent avec un poignard, mais en y regardant de près, ces personnages sont en carton. Le dixième est une femme que je ne connais pas en réalité, mais c'est ma femme dans le rêve. Elle est de nature douce, habituellement. Elle tente de me planter des coups de fourchette dans le coeur en me traitant de cossard. Je n'ai aucun mal à parer ses coups. Je me moque d'elle, ne prenant pas au sérieux sa menace.

    Un rêve comme celui-ci est vraiment à prendre au sérieux. La sculpture "Tête-sandale" sont l'union de deux idéogrammes chinois "tête" et "aller" qui constitue le mot "TAO" qui veut dire tout simplement "chemin de conscience". Donc il s'agit pour moi de prendre conscience de quelque chose. Et ce qui me causait vraiment du souci, ces parties de moi que je détestais et qui me persécutent, ne sont que carton pâte. Par contre, ce que je ne prenais pas au sérieux, la femme en moi (ce que j'aime et désire, mon âme), c'est ce qui me tue. Ce rêve m'avait suffisamment chamboulé pour que j'en prenne bonne note. Je décidais donc de me consacrer à mon âme, comme on fait avec une femme aimée, en faisant attention à mes goûts, mes ressentis, mes intimes pensées sans céder à la paresse. Ma vie en fût changée.

         (Le rêve ci-dessus est le même en plus développé que celui cité dans " l'introduction au rêve".)


Mon but

  •   C'est d'accompagner chacun vers sa mission, sa tâche.
  •   Puis de pomouvoir une culture du rêve, de la vie intérieure et de l'attention à sa propre souffrance, par le partage du savoir et des expériences de chacun qui peut orienter notre monde autrement que par la fuite en avant dans l'économique.
  •   C'est d'aider à la création et à la multiplication de petits groupes de personnes intéressées par l'aventure intérieure, les rêves, le symbolisme et le dialogue avec l'inconscient.
 Afin de contribuer modestement à l'avènement d'une société non-violente.

Mes textes

     Je me suis lançé dans une aventure créative passionnante en écrivant ces textes qui sont disponibles au téléchargement pour la lecture à la page 'Mes textes".






Joyeux